angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Côte d’Ivoire : Après avoir appelé au boycott du recensement, la haute direction du FPI convoquée à la Brigade de Recherche par le régime Ouattara

ABIDJAN – la haute direction du front populaire ivoirien (FPI) avec à sa tête le Président Pascal Affi N’Guessan, a été convoqué mercredi soir à la brigade de recherche du Plateau (quartier administratif) a-t-on appris de source bien introduite.

Sur la convocation dont le cri panafricain dispose d’une copie, figure les noms du président Pascal Affi N’Guessan, du vice-président Kodjo Richard, du Secrétaire Général Laurent Akoun et de la vice-présidente, responsable de l’OFFPI Marie Odette Lorougnon.

Ces derniers sont invités à se rendre jeudi à 10h à la brigade de recherche du plateau.

Une convocation qui fait suite à l’échec cuisant du processus de récemment lancé par le régime de Ouattara dans un communiqué avait menacé lundi 05 mai de sévir contre le Front Populaire ivoirien (FPI) suite à l’appel au boycott du recensement national de la population en Côte d’Ivoire lancé par le parti du Président Laurent Gbagbo.

Le FPI par la voix de son président Pascal Affi N’Guessan s’était félicité de l’échec cuisant de l’opération de recensement général de la population et de l’habitat (RGPH).

La crise ivoirienne est née d’une tentative de coup d’état suivie d’une rébellion armée démarrés le 19 septembre 2002 à l’initiative d’Alassane Ouattara avec l’appui de la France, contre le régime de Laurent Gbagbo démocratiquement élu en 2000. Après différents accords de paix, les rebelles ont obtenus, en échange de leur promesse de désarmement jamais réalisée, plusieurs postes dont ceux clés de Premier ministre, ministre de la Justice, ministre de l’économie et des finances de même que la présidence de la commission électorale et la majorité absolue des sièges dans cette institution.

Le contentieux électoral né du refus de Ouattara d’accepter les résultats du scrutin du 28 novembre s’est transformé en une guerre marquée par l’ingérence armée de la France et de l’ONU qui soutiennent Ouattara.

Le Président Laurent Gbagbo, élu le 28 novembre 2010, reconnu et investi Président par le Conseil Constitutionnel, plus haute juridiction chargée de proclamer les résultats définitifs  en Côte a été capturé le 11 avril par les forces françaises sous mandat de l’Onu et remis aux mains de son adversaire Ouattara qui le détient prisonnier dans un lieu inconnu du « nord du pays ». De nombreuses organisations et des milliers de personnes exigent la libération immédiate de Laurent Gbagbo et de ses proches condition d’une véritable réconciliation en Côte d’Ivoire.

 Jean-Chrésus

Source: lecripanafricain.net

Publicités

8 mai 2014 - Posted by | Politique | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :