angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

CPI / L’avocat de Blé Goudé: « MON CLIENT NE VEUT PAS MOISIR A LA CPI »

Contrairement aux travailleurs du monde, les juges de la CPI n’étaient pas au repos ce Jeudi 1er mai  2014, décrété fête du travail. La juge unique de la Chambre préliminaire et les autres membres de la CPI ont participé en présence du ministre Charles Blé Goudé, à une conférence de mise en état dans l’affaire du même nom que le dernier cité…

Procédure usuelle, la conférence de mise en l’état à la CPI dans l’affaire Blé Goudé a eu ceci de particulier qu’elle s’est déroulée en présence du prévenu Charles Blé Goudé. Ce dernier a décidé d’assister autant que possible, à toutes les procédures dans l’affaire le concernant. Les débats ont bien entendu porté sur les questions procédurales. C’est ainsi que  la Défense a souhaité pour l’essentiel, que l’accusation puisse lui fournir le plus tôt possible, les éléments de preuves dont elle dispose afin qu’elle puisse y apporter les réponses adéquates. Dénonçant au passage la lenteur et la longueur de la procédure concernant le président Laurent Gbagbo, l’avocat de Charles Blé Goudé, maître Kauffman a fait remarquer que  son client  à lui  »  n’avait pas l’intention de moisir deux ans à la CPI… » Aussi, a t-il souhaité que l’équipe de Fatou Bensouda dépose son DCC au plus tard le 17 juillet afin que les choses s’accélèrent pour faire avancer l’affaire.

BENSOUDA N’AURA AUCUN TÉMOIN CONTRE BLE GOUDE

Par ailleurs, à l’issue d’une décision prise le 14 avril 2014, la juge unique de la CPI avait invité les deux parties  à se rejoindre pour œuvrer à la simplification de la procédure afin que l’instruction gagne en célérité. En fin de compte, l’accusation et la défense  se sont rencontrées le mardi 29 avril dernier et auraient  réussi à se mettre d’accord sur la nécessité d’aller vite, notamment en ce qui concerne les paragraphes 17 et 18 de la décision du juge unique. A l’issue de leur conciliabule, les deux parties ont  rédigé un document d’accord dans lequel  la défense consent à la procédure qui se trouve dans la décision ICC O211011130 paragraphe 48 à 51 de l’affaire Gbagbo. On devine aisément qu’il s’agit ici de faire fi de certaines procédures judiciaires complexes pour aller à l’essentiel afin de permettre une fluidité des débats lors de l’audience de confirmation des charges fixée au 18 août prochain.

En outre, à la question du juge unique de savoir si les parties auraient des témoins lors de l’audience de confirmation des charges, au grand étonnement de tous, l’équipe de Fatou Bensouda a confié qu’en dehors d’un éventuellement  témoin expert ( ?),  l’accusation était presque sûre de ne pas avoir de témoins contre Blé Goudé le 18 août prochain. Une annonce qui est en fait une première victoire de Blé Goudé contre le régime de Ouattara et la confirmation de la vacuité des accusations dans les affaires Gbagbo – Blé Goudé./.

AUGUSTIN Djédjé

djedjenet64@yahoo.fr 

 

CPI : L’accusation avoue ne pas pouvoir fournir les preuves et les témoins nécessaires contre Blé Goudé.

Blé Goudé, Audience 1er Mai, CPI, Détenu PolitiqueTenue hier 30 avril 2014, c’est ce 1er Mai que la Cour Pénale Internationale(CPI) a publié l’intégralité de la Conférence de mise en état dans l’affaire Le Procureur contre Charles Blé Goudé, dans une vidéo d’une durée de 52mn12s, sur son profil YouTube. 

 M. Charles Blé Goudé, selon sa défense, a tenu à être présent à toutes les audiences liées à son affaire, y compris les audiences techniques. C’est donc très serein que le Ministre Blé Goudé a assisté à cette audience.

Regarder l’audience en intégralité ici—>

Dans les débats qui ont eu lieu lors de la Conférence de mise en état dans l’affaire Le Procureur vs Charles Blé Goudé, la Juge Unique de la Chambre Préliminaire Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a d’abord interrogé l’accusation au sujet du dépôt des éléments de preuves contre M. Charles Blé Goudé.

En l’Absence de Mme Fatou Bensouda, c’est M. MacDonald qui a dirigé le Bureau du Procureur. M. MacDonalds a tenu a exprimé ses inquiétudes quant à la tenue des délais pour le dépôt des éléments de preuves. « Nous travaillons avec les Etats. Et c’est très difficilement que les réponses à nos requêtes adressées à ces Etats arrivent », a-t-il déclaré. Il a, par la suite, demandé plus de temps à la Chambre préliminaire pour présenter de nouveaux éléments de preuves.

 Maître MacDonalds a également argumenté que l’accusation a déjà l’affaire Gbagbo sous la main, et cette autre affaire Blé Goudé vient encore augmenter le travail à faire. Et ce en en pointant du doigt, le manque de ressource. « Le Bureau du Procureur n’a pas de ressources pour faire ce travail », a-t-il révélé.

A la suite du Bureau du Procureur, la Juge Unique Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a interrogé la défense de M. Charles Blé Goudé.

Maître Nick Kaufman, l’avocat de M. Blé Goudé, tenu à saluer Mme la juge avant d’exiger que les éléments à charge contre son client soient fournis dans les délais requis. « La communication des éléments, qu’ils soient publics ou confidentiels, doit être immédiate. Et bien avant la date qu’a indiquée M. MacDonald, du bureau du procureur», a sèchement martelé l’Avocat Blé Goudé. Il a averti: « Mon client n’a pas l’intention de moisir dans les cellules de la CPI ».Au sujet du supposé manque de ressources soulevé par le Bureau du Procureur, la réponse de Maître Kaufman a été sur un ton ironique et mais ferme : « M. MacDonald évoque le manque de ressources. Eh bien qu’il sache que la défense n’a pas de ressources non plus », a rajouté Maître Kaufman.

L’Avocat de Blé Goudé a terminé ses propos, sur ce point du débat, en demandant à la Chambre Préliminaire de ne pas accorder de délai supplémentaire à l’accusation : « La chambre préliminaire ne devait pas suivre l’accusation dans la mesure où l’Affaire Gbagbo a déjà été longue et que l’accusation a eu 2ans et demi pour faire les enquêtes. Bien plus, Mme la Procureure a elle-même reconnu qu’il s’agit pratiquement des mêmes éléments de preuves dans les deux affaires. Si l’accusation ne trouve pas d’éléments de preuves contre M. Charles Blé Goudé, C’est parce que ces preuves n’existent pas. C’est tout », a-t-il conclu.

Reprenant la parole, Mme la Juge Silvia Fernandez de Gurmendi a demandé à l’accusation s’elle voulait présenter des témoins pour la Confirmation des charges.

M. MacDonalds a estimé qu’il n’avait pas de témoins à présenter, à ce stade. Quant à la défense, Maître Kaufman n’a indiqué que si cela s’avère nécessaire, la défense présentera des témoins au moment venu.

Dans le reste des débats, Mme Silvia Fernandez de Gurmendi a amené l’accusation et la défense à dévoiler les contenus de leurs différents accords conclus dans le cadre de l’affaire Charles Blé Goudé, lesquels accords ont pour but d’éviter le dilatoire et les reports incessants comme cela fut le cas dans l’Affaire Gbagbo. ALAIN DOH BI

Publicités

2 mai 2014 - Posted by | Politique | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :