angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Pascal Affi N’guessan face aux militants FPI d’Adjamé :  » Pour une réconciliation vraie, débloquons le pays en libérant le Président Laurent GBAGBO ».

Meeting du Fpi à Adjamé / En raison de plusieurs rendez-vous jugés importants : Affi met fin précipitamment à la rencontreHier lundi 17 février 2014, les militants et sympathisants du FPI sont venus nombreux à la place Terrasse des 220 Logements d’Adjamé, pour communier avec le Président Pascal AFFI N’GUESSAN.
Ils n’ont pas manquer de réclamer haut et fort la libération du président Laurent GBAGBO, leur symbole.

Libérez Gbagbo, libérez Gbagbo, libérez Gbagbo, libérez Gbagbo, libérez Gbagbo pouvait-on entendre des militants qui ont interrompu le meeting quelques minutes pour extérioriser la voix intérieure douloureuse des souffrances et des amertumes qu’ils ressassent chaque fois que la détention arbitraire du Président Laurent Gbagbo se prolonge au gré de ses bourreaux qui l’utilise comme objet de chantage pour affaiblir la résistance Africaine que Laurent GBAGBO a toujours défendu au moyen de son combat pour l’éveil de l’élite africaine .

Face a cette attitude normale Pascal Affi N’guessan a tranché la question en redonnant espoir à tous les militants du Front Populaire Ivoirien a travers des informations et des enseignements sur la situation du Président Laurent GBAGBO, des exilés, des autres détenus et la situation socio politique de la Côte d’Ivoire.

Après la cérémonie de libation exécutée par les chefs Atchan, le Fédéral d’Abidjan Lagune, GNAMBA N’dri s’est inscrit résolument dans la ligne du parti en gardant la constance du combat qui aboutira a la libération du président Laurent GBAGBO. Il a su traduire les souffrances des militants et des populations d’Adjamé vécues depuis la guerre et donner les actions posées par sa fédération pour la remobilisation de toutes leurs structures de base.

Pascal Affi N’guessan a cerné ses cris de douleurs des populations d’Adjamé, a commencé son message en les rassurant sur la place de choix qu’occupe le FPI dans la politique nationale.
Pascal Affi N’guessan a fait une rétrospective sur la situation des Ivoiriens de l’Ouest qui ont beaucoup souffert de cette crise, et qu’il était nécessaire pour le FPI de réfléchir aux règlements des causes de leur souffrances.

Il a dénoncé l’occupation anarchique des terres à l’ouest par des étrangers sous la protection des dozos, la disparition et le dépeuplement de certains villages au profit de tsiganes venus d’ailleurs chose qu’il a attribué a une autre forme de colonisation, alors que l’ouest ne peut pas devenir une zone de colonisation, c’est pourquoi il a évoqué la raison des récentes tournées du parti dans cette zone de la Cote d’Ivoire qu’il a lui-même conduit pour apporter la compassion aux populations et les réconforter de la présence du FPI a leurs cotes, car sensible aux malheurs qui les frappe . Il a indiqué que le Front Populaire Ivoirien travaille pour que tous les exilés, tous les réfugiés réintègrent leurs villages, leurs plantations et puissent vivre en harmonie avec tous les étrangers qui veulent vivre avec eux, mais nous ne pouvons pas accepter que le peuple wè soit étranger sur ses propres terres.

Pour Pascal Affi N’guessan après l’ouest il était important de rencontrer les populations d’Abidjan puisque la capitale économique ivoirienne avait été aussi le théâtre des dernières confrontations douloureuses.

Il a invité les camarades éprouvés par la crise à sécher leurs larmes et à se lever pour la bataille de la réconciliation et du développement dans le rejet total de l’asservissement, de l’esclavage et de la soumission.

Quelques propos du Président AFFI N’GUESSAN: « Nous-mêmes nous savons que le peuple du Front Populaire Ivoirien est un peuple courageux, un peuple digne donc il faut que nous arrivions a l’exprimer, c’est pourquoi nous sommes debout car des nouveaux temps s’annoncent, il y a eu le temps de la souffrance, le temps où on s’est dispersé, il y a eu le temps où on pleurait, il y a eu le temps où on était presque persuadé que c’était la fin pour le Front Populaire Ivoirien. Ce temps est passé, nous avons résisté et ceux qui nous malmenaient, qui nous maltraitaient, qui nous persécutaient, qui nous opprimaient ont été vaincus par notre résistance politique ».

« Le métier de dictateur est un métier très difficile surtout lorsqu’on n’en n’a pas les capacités. C’est ce qui s’est passé, il nous ont pourchassés partout croyant nous avoir à l’usure, alors que notre énergie nous vient du ciel. Aujourd’hui, le persécuteur est fatigué et a même ouvert les prisons de Bouna et je suis sorti, il a ouvert les prisons de Boundiali et les camarades de Boundiali sont sortis, il a ouvert les prisons de Katiola et les camarades de Katiola sont sortis, il a ouvert un peu les prisons de la maca et quelques uns sont sorti mais il doit continuer à ouvrir davantage parce que tout le monde doit sortir ».

« L’histoire prouve bien qu’il y’a le temps pour chaque chose, il y a eu le temps du mensonge, aujourd’hui c’est le temps de la vérité. Il y a eu le temps de la destruction, aujourd’hui c’est le temps de la reconstruction. Il y a eu le temps de la division de l’oppression mais aujourd’hui c’est le temps de la réconciliation et je suis venu ici vous parler de réconciliation ».

« C’est la réconciliation qu’on doit faire, on ne doit pas faire la guerre, la guerre ne produit rien, elle ne fait qu’envoyer la pauvreté, la misère, la division ».

Pascal Affi N’guessan pense qu’il est nécessaire de faire la réconciliation en ne négligeant aucun des acteurs dont le président Laurent Gbagbo contre qui des forces se sont levées pour faire entrave au processus de recomptage des voix qu’il proposait.
Pour lui si la réconciliation devrait se faire c’est entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo et non lui et son équipe qui ne sont que des instruments pour la mise en place du processus organisationnel.

La réconciliation signifie le retour de Laurent Gbagbo en Cote d’Ivoire, une vraie réconciliation embarrassé du mensonge, de l’hypocrisie.

La vraie réconciliation, selon Pascal AFFI N’GUESSAN, brisera toutes les barrières de distanciation tribale, ethnique, religieuse, communautaire, politique, économique et même social.

La CPI ne detenant aucune preuve devra libérer le Président Laurent Gbagbo qui a toujours eu la parole comme arme de combat politique, l’humanisme comme culture, le pardon comme facteur d ’humilité de fraternité et d’union, le dialogue comme remède irréversible aux velléités sécessionniste et séparatrices pour faire place a l’amour du prochain.

C’est ainsi que Pascal Affi N’guessan a appelé au déblocage du pays en libérant Gbagbo pour mettre fin aux palabres « débloquons le pays en libérant le président Laurent GBAGBO et puis palabre est fini.»
Il faudra que le pouvoir en place libère aussi Simone Ehivet Gbagbo, Charles Blé Goudé, Jean Yves Dibopieu et tous les autres détenus pour aller définitivement à l’apaisement social, à la cohésion nationale.

« En quoi est-ce que la réconciliation aurait un sens si les opposants restent toujours en détention ? » S’est offusqué Pascal Affi N’guessan qui ne comprend rien de cette façon de fonctionner des dirigeants d’Abidjan.
La réconciliation signifie, réparation du préjudice causé, des torts causés pour renouer avec le vivre ensemble. Elle ne peut aller avec la cristallisation radicale du refus de libérer les animateurs qui participent pourtant au premier niveau, à la mise en place des conditions favorables à la promotion de la paix.

Pascal Affi N’guessan dit tenir le bon bout avec le FPI, c’est pourquoi ils demandent aux uns et aux autres d’être patients, d’être persévérants, car bientôt le Président Laurent GBAGBO sera libéré et le FPI reviendra au pouvoir.

Après ces mots d’espoir, le Président Pascal AFFI N’guessan a invité les militants à se rendre massivement à la Convention du parti les 21 et 22 février prochain au Palis des Sports de Treichville, et à la rentrée politique le 23 février à Yopougon.
Ce mardi 18 février 2014, Pascal AFFI N’Guessan continue sa tournée à Attécoubé et à Bingerville.

Source: Snacom FPI

Publicités

18 février 2014 - Posted by | Politique | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :