angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Côte d’Ivoire: déguerpissement sans recasement dans la forêt de Baleko-Niegré

Une plantation de cacao en Côte d'Ivoire.Les autorités ivoiriennes ont lancé début juin une grande opération de déguerpissement dans une forêt classée du sud-ouest du pays, celle de Baleko-Niegré. Le but est de récupérer les sites occupés illégalement : dans le cas présent, de libérer une forêt protégée où des planteurs s’étaient installés depuis plus de trente ans pour y cultiver du cacao. Si ces paysans comprennent la volonté du gouvernement de récupérer les sites protégés, ils contestent la méthode, car ils se retrouvent aujourd’hui à la rue.

Quand les autorités locales leur ont annoncé en mars dernier qu’ils devraient quitter Baleko-Niegré, les planteurs affirment avoir accepté : on leur avait promis un reclassement, sur des terres non protégées cette fois.

Ils ne comprennent donc pas pourquoi les militaires sont arrivés avec des armes lourdes, comme des lance-roquettes – s’ils ne les ont pas utilisés, l’opération a été violente : leurs bulldozers ont tout détruit – le reste a été pillé ou brûlé.

Promesses de reclassement non tenues

Ces agriculteurs – des Ivoiriens mais aussi des étrangers de la sous-région – avaient construit leur maison, ainsi que des églises et des écoles, qui servaient de bureaux de vote. Ils affirment que les promesses de reclassement n’ont pas été tenues : la plupart sont donc aujourd’hui à la rue. Ils dénoncent une opération bâclée – mais Bruno Kone, le porte-parole du gouvernement, assure que des mesures existent.

« Nous n’allons pas nous arrêter au seul déguerpissement, affirme-t-il, des solutions vont être  trouvées à leurs situations. C’est le genre de situation qui est longue à traiter. Il faut trouver des zones de recasement, et leur trouver éventuellement des moyens d’exploiter les nouveaux terrains sur lesquels ils seront transférés. »

Les Nations unies parlent de 20 000 de personnes déguerpies. Si ces planteurs étaient clandestins, leur travail profitait tout de même à l’économie ivoirienne : ils affirment participer à hauteur de 30% de la production nationale de cacao.

Publicités

27 juin 2013 - Posted by | Société | ,

Un commentaire »

  1. Si ces planteurs étaient clandestins, pourquoi HOUPHOUET – BEDIE – GUEI – GBAGBO sont passés sans mot dire?
    S’ils étaient clandestins, pour l’état reprofile chaque année la route qui part de SOUBRE à SASSANDRA passant dans cette région?
    S’ils étaient perso-na non gratta pourquoi l’état a t-il reconstruit un pont de 100 millions de francs CFA à BALEKO en 1997?
    S’ils étaient clandestins, pourquoi l’état a t-il déterminé exactement la superficie de chaque plantation et borné les champs?
    Les planteurs sont clandestins- soit – et les autochtones bété « godjé » qui ont leur village natal dans cette région depuis des siècles, où vont-ils partir?

    Commentaire par akissi | 27 juin 2013 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :