angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

90 Pro-Gbagbo incarcérés à Abidjan et à l’Intérieur du pays: Une audience prévue, aujourd’hui, par la Chambre d’accusation

90 Pro-Gbagbo incarcérés à Abidjan et à l’Intérieur du pays: Une audience prévue, aujourd’hui, par la Chambre d’accusationCe mercredi, à 14h, une audience a lieu dans le dossier des « 90 pro-Gbagbo » en détention dans les prisons ivoiriennes principalement à Abidjan et dans certaines localités septentrionales telles Korhogo, Katiola, Bouna.

L’audience se tient sur convocation de la Chambre d’accusation et est consécutive à une ordonnance rendue par le juge d’instruction relativement à un non-lieu partiel dans le dossier des « pro-Gbagbo ».

Cet après-midi, à l’audience, les avocats des proches de l’ex-président demanderont aux juges un renvoi, suivant la confidence qui nous était faite, hier, par un membre de la Défense. « On a demandé un renvoi. On va réitérer cette demande. Les cas sont nombreux. Il faut le temps nécessaire aux parties », nous a signifié, au téléphone, un des avocats relevant que la Chambre d’accusation avait à se prononcer sur le non-lieu partiel « puisqu’on parle de crimes ».

Les chefs d’accusation, globalement connus, sont ainsi formulés : attentat ou complot contre l’autorité de l’Etat, constitution de bandes armées, direction ou participation à une bande armée, participation à un mouvement insurrectionnel, atteinte à l’ordre public, atteinte à la défense nationale, coalition de fonctionnaires, rébellion, usurpation de fonction, tribalisme, xénophobie.

Huit (8) personnes au nombre de ces proches de Laurent Gbagbo en détention sur l’ensemble du territoire ont été, en plus, inculpées pour génocide. Simone Ehivet Gbagbo, l’ex-première dame, en résidence surveillée à Odienné appartient à ce dernier groupe. Si au terme de l’audience auprès de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel, un non-lieu partiel était retenu, plusieurs charges pourraient tomber.

Les crimes reprochés aux détenus « pro-Gbagbo » auraient été commis pendant la crise post-électorale entre décembre 2010 et avril 2011. Si la plupart des personnalités politiques poursuivies se trouvent en détention, une vingtaine parmi elles- dont le dernier premier ministre de Laurent Gbagbo, Gilbert Aké Ngbo- bénéficie de la liberté provisoire.

 

Kisselminan COULIBALY

Source : Soir Info

Publicités

19 juin 2013 - Posted by | Politique | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :