angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Tournée du secrétaire national intérimaire de la Jfpi à Akoupé: Nestor Dahi mobilise à Afféry et Becouéfin

Le nouveau secrétaire national intérimaire de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi) a rencontré les populations d’Afféry et de Becouéfin, dans le département d’Akoupé, le week-end dernier, dans le cadre de l’opération “Eveil des consciences”.
Une délivrance, telle une lumière qui jaillit dans la pénombre, au bout de plusieurs mois de frustrations, d’embrigadement, avec à la clé le désespoir. L’arrivée de Nestor Dahi à Afféry Bécouéfin, dans le département d’Akoupé, samedi dernier, a suscité de l’émoi. Elle a surtout ramené l’espoir quand aux chances de la démocratie en Côte d’Ivoire.
12h 25 min, Becouéfin. La délégation du secrétaire national par intérim de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi) vient d’arriver. Dans un cortège de cinq véhicules et une moto. Des coups de klaxon et des bruits stridents de sirène retentissent à travers la ville. Vêtu d’un tee-shirt à l’effigie de Laurent Gbagbo, le motocycliste se donne en spectacle, en levant les deux doigts en l’air, en signe de salutations à la population. Les ressortissants de la sous-préfecture sont surpris. Les personnes en balade dans les rues s’arrêtent et s’interrogent en vue de comprendre ce qui se passe. Mais, rapidement, après qu’elles eurent été situées, elles explosent de joie et, par la suite, se mettent à suivre le cortège. «Fpi, Fpi, Fpi» ; «Gbagbo, Gbagbo, Gbagbo». Au fur et à mesure que le cortège avance, des personnes accourent des quartiers environnants pour saluer la délégation de la Jeunesse du Front populaire ivoirien. «Dieu merci, le Fpi n’est pas mort» ; «Oui, c’est nous. Nous sommes prêts à mourir pour Laurent Gbagbo», disent certains individus. Quelques minutes de parcours et le cortège est à présent au niveau du marché. La tension monte d’un cran. A la vue des véhicules du cortège, les femmes commerçantes se laissent aller. Certaines feignent même de se jeter sur des voitures. Plus débordantes de joie, d’autres jettent leurs pagnes sur le cortège. «Gbagbo, Gbagbo, Gbagbo» ; « Deux doigts, deux doigts, deux doigts ». Après ce bain de foule, la délégation débarque à la Place Abossolo, le lieu de la rencontre. Ici, des titres patriotiques tonnent et les militantes et militants qui ont effectué le déplacement laissent exprimer leur joie en dansant. Lorsque Nestor Dahi sort du véhicule en levant les deux doigts, c’est une joie indescriptible qui s’empare du public. «Y’a rien en face, c’est maïs». C’est au rythme de ce morceau désormais très populaire du groupe les Galliets que le secrétaire national par intérim de la Jfpi fait son entrée dans la salle. Il est accompagné du président du bureau des Parlements et Agoras, Achille Gnaoré, de plusieurs membres de son bureau, ainsi que les représentants locaux au nombre desquels Amary Yedess, le secrétaire fédéral, et Yapi Clément Charles, le fédéral Fpi d’Akoupé.
Aux premières loges, des sexagénaires, des pionniers du Fpi, qui n’ont pas voulu se faire conter l’événement. Nestor Dahi les salue avec beaucoup de chaleur et d’enthousiasme. A chacun, il dira un petit mot. «Merci papa pour le soutien» ; «Tenez bon, ça va aller»… Après les civilités d’usage, c’est le secrétaire fédéral Amary Yedess qui prend la parole. Il souhaite la bienvenue à la délégation de la Jfpi et indique que, dans le Kettin et par ailleurs dans tout le pays akyé, l’on ne respire que pour le Front populaire ivoirien. «Ici, le Fpi pèse environ 98%, à telle enseigne que tous les candidats à un poste électif sont obligés de courtiser l’électorat du Fpi. Nous sommes sereins ici, parce que personne ne peut nous faire changer», a-t-il affirmé sous un tonnerre d’applaudissements. Achille Gnaoré a félicité les populations pour leur marque de bravoure. Il leur a demandé de ne pas faiblir, car c’est par la lutte seule que la Côte d’Ivoire recouvrira sa dignité qui a été brisée depuis le 11 avril 2011, avec l’installation par la force d’Alassane Ouattara au pouvoir. «Si Laurent Gbagbo est à La Haye, c’est parce qu’il a surmonté la peur. Personne ne va nous distraire. S’il a accepté de faire front, ce n’est pas nous qui allons trahir en vendant notre pays», a-t-il soutenu.
Nestor Dahi a reconnu être fier des Akyé. Il a annoncé que la fin de leur souffrance n’est plus loin, car Laurent Gbagbo est en route pour la Côte d’Ivoire. «Apprêtez-vous à recevoir votre digne fils, Laurent Gbagbo. Les gens n’ont pas de preuves contre lui», dira-t-il. Le secrétaire national de la Jfpi a soutenu que le Front populaire ivoirien reviendra bientôt au pouvoir, mais de façon démocratique. Evoquant l’arrestation de Justin Koua, il a demandé aux militants de ne point se laisser abattre par les basses manœuvres du pouvoir. «Rester sereins. Restez debout, mais dignes, car, bientôt, il fera jour», a-t-il déclaré sous les applaudissements nourris du public…
14h30 min. La délégation de la Jeunesse du Front populaire ivoirien fait son entrée à Afféry, une autre sous-préfecture du département. Comme à Becouéfin, c’est une belle surprise pour les populations. «FPiiiiii» ; «Gbagbo, Gbagbo, Gbagbo» ; «Deux doigts, deux doigts». Beaucoup de personnes sont visiblement stupéfaites. A l’opposé, il y en a qui sont débordantes de joie et qui ne s’en cachent pas. Celles-là poussent des cris et dansent… Nestor Dahi et sa suite sont accueillis par une foule nombreuse à la salle de la rencontre. Leur surprise est d’autant plus grande que la grande salle de manifestation de la mairie est pleine à craquer. Dehors, il y a un monde fou. Le protocole est un peu débordé par l’enthousiasme des militants qui dansent au rythme, ici, également du morceau des Galliets, «Y a rien en face». Le secrétaire national par intérim de la Jeunesse du Front populaire ivoirien ne cache pas son plaisir et se met à communier avec le public en exécutant quelques pas de danse.
Quand M. Dahi prend la parole, il salue la mobilisation exceptionnelle. «Je voudrais vous saluer au nom de Miaka Ouretto et de tous ceux qui sont en exil et détenus en prison. Je voudrais vous dire que Laurent Gbagbo sera bientôt avec nous». Tonnerre d’applaudissements dans la salle. Nestor Dahi a soutenu que ceux qui sont au pouvoir sont conscients que Laurent Gbagbo est innocent. Le numéro un de la Jfpi a dépeint le drame des Ivoiriens depuis le 11 avril 2011, alors qu’Alassane Ouattara avait annoncé une pluie de milliards. «Où sont les pluies de milliards ? Aujourd’hui, la misère prend de l’ampleur en Côte d’Ivoire sous Ouattara», dira-t-il. Le leader de la Jeunesse du Fpi a demandé aux militants de son parti d’aller vers tous les Ivoiriens pour leur expliquer le bienfondé de la lutte pour la sauvegarde de la dignité de la Côte d’Ivoire.
Le meeting a pris fin aux environs de 17h. Et c’est tout heureux que les militants sont rentrés chez eux. Depuis plus de deux ans, les militants Fpi ne s’étaient pas éclatés autant.
L’étape d’Akoupé, le chef-lieu de département, n’a pu se tenir, parce que empêché par le préfet.

CésarEbrokié (Envoyé spécial à Akoupé)

Publicités

17 juin 2013 - Posted by | Politique | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :