angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

RSS EXCLUSIF. Sarkozy est-il allé le 10 février 2007 chez les Bettencourt ?

Nicolas Sarkozy est accusé d'avoir reçu de l'argent liquide de la milliardaire Liliane Bettencourt.Par , AZIZ ZÉMOURI ET EMILIE LANEZ

Ce jeudi 21 mars, dans le bureau bordelais du juge d’instruction Jean-Michel Gentil, une pièce au sous-sol qui se clôt de deux portes à barreaux, Nicolas Sarkozy, encore témoin assisté dans l’affaire Bettencourt, écoute le magistrat. D’après celui-ci, Sarkozy aurait menti. Il ne s’est pas rendu qu’une seule fois, le 24 février 2007, au domicile du couple Bettencourt, mais deux. Une fois le 10 février, en toute fin de matinée, le candidat à la présidentielle aurait rencontré André Bettencourt, il lui aurait demandé des fonds. Le 24, le politique serait revenu les chercher, car seule Liliane Bettencourt, selon lui, remet les enveloppes. Deux rendez-vous à quatorze jours d’intervalle, dont le premier aurait été caché par l’ancien président. La confrontation commence.

Dans son édition à paraître demain, Le Point livre le récit inédit de ces neuf heures de tension. Si Nicolas Sarkozy a menti et est allé chez le couple Bettencourt le 10 février, son nom ne figure dans aucun agenda officiel de la maison Bettencourt. Ce 10 février, à en croire la défense de Nicolas Sarkozy, à 11 h 30, le candidat-ministre rencontre les jeunes de l’UMP. À 12 h 50, il part déjeuner au Polo de Paris, à Bagatelle. Près de Neuilly, donc. A-t-il pu faire stopper son escorte, la quitter et marcher seul ? Dans le restaurant du club, Nicolas Sarkozy rencontre Alain Weill, venu avec son épouse et ses deux filles. Le patron de NextRadioTV lui demande de bien vouloir prendre la pose. Le candidat UMP accepte.

Pourtant, alors que la nuit tombe, après huit heures d’échange, le juge Gentil demande aux avocats et à leur client de sortir de son bureau. « Pourquoi ? » demandent les défenseurs. « Je vous prie de sortir, c’est tout », répond le magistrat. À leur retour, le juge déclare que Nicolas Sarkozy est mis en examen pour abus de faiblesse à l’encontre de la milliardaire, commis en février 2007. Cela est possible à condition que le juge ait débusqué, selon l’article 80-1 du Code de procédure pénale, « des indices graves ou concordants ». La confrontation s’achève. Nicolas Sarkozy prend la parole : « C’est une injustice. Ce n’est pas terminé. » Le juge tend la main pour saluer. Nicolas Sarkozy et ses défenseurs la refusent.

Source: Lepoint.fr

Publicités

28 mars 2013 - Posted by | Actu Monde | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :