angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Nicolas Sarkozy, le 28 janvier à Paris. Une confrontation était en cours jeudi 21 mars au palais de justice de Bordeaux entre l’ancien président Nicolas Sarkozy et le majordome de Liliane Bettencourt, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Cette confrontation, dont il n’était pas certain qu’elle serait la seule de la journée entre M. Sarkozy et d’anciens membres du personnel de la milliardaire, était destinée à vérifier combien de fois l’ancien président a pu se rendre au domicile de l’héritière de L’Oréal pendant sa campagne présidentielle de 2007, et s’il l’a rencontrée à cette occasion, a-t-on ajouté.

A la fin de novembre, à l’issue d’une audition marathon qui a duré douze heures, l’ancien président de la République a été placé sous le statut de témoin assisté. Selon le journal Sud-Ouest, qui avait consulté l’intégralité des procès-verbaux de cette audience, l’ancien président aurait déclaré : « Les Bettencourt ne m’ont jamais donné un sou et je ne leur en ai jamais demandé. »

Lire : Affaire Bettencourt : devant le juge, M. Sarkozy réfute les soupçons pesant sur lui

M. Sarkozy a toujours affirmé s’être rendu au domicile des Bettencourt une seule fois pendant sa campagne présidentielle, pour y rencontrer brièvement André Bettencourt, le mari de Mme Bettencourt, mort en novembre de la même année.

LA CLÔTURE DU DOSSIER ATTENDUE SOUS PEU

Le juge a depuis multiplié les auditions avec le personnel de la milliardaire, dont plusieurs membres ont déclaré avoir vu M. Sarkozy à plusieurs reprises pendant cette période, et qu’il avait rencontré Mme Bettencourt à ces occasions.

Même si ces confrontations mettaient en lumière d’éventuels mensonges de M. Sarkozy, analysait une source proche du dossier, cela ne constituerait pas forcément « des indices graves et concordants », au sens du code pénal, démontrant qu’il aurait commis un abus de faiblesse aux dépens de Mme Bettencourt en lui demandant de l’argent pour financer sa campagne. Il ne serait ainsi pas nécessairement mis en examen. Mais le juge aurait mené les vérifications jusqu’au bout.

La clôture définitive du dossier par le magistrat est attendue incessamment, et cette confrontation pourrait être le dernier acte important de son enquête.

L’AUDIENCE SUR LES ENREGISTREMENTS RENVOYÉE

L’audience de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Bordeaux, qui devait se pencher jeudi sur les enregistrements réalisés par le majordome à l’insu de la milliardaire, et publiés par Mediapart en juin 2010, a été renvoyée au 25 avril.

Le renvoi a été accordé en raison d’un problème portant sur la convocation d’une des parties civiles à ce procès, Patrice de Maistre, l’ancien homme de confiance de l’héritière, mis en examen à plusieurs reprises dans ces dossiers. Deux journalistes de Mediapart faisaient appel de leur mise en examen pour publication et complicité de publication d’enregistrements de paroles prononcées à titre privé ou confidentiel.

Source: lemonde.fr

Publicités

21 mars 2013 - Posted by | Actu Monde | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :