angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Après la dissolution du gouvernement, la Jfpi pour une 3ème République

koua justin
Koua Justin s’est dit convaincu que le chef de l’Etat veut « transformer ses humeurs en lois ».
Koua Justin a échangé avec la presse avant l’Assemblée générale extraordinaire qu’organisait sa structure, samedi 18 novembre 2012, au Qg de campagne de Laurent Gbagbo à Attoban.

Le Secrétaire national par intérim de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi) a alors proposé, face à la situation que connaît la Côte d’Ivoire, une transition qui aboutira à la naissance d’une 3ème République. « La 2ème République est trop éprouvée. La 2ème République s’est désagrégée le 11 avril 2011. La Jfpi propose qu’on mette en place une Assemblée constituante qui réfléchira à une nouvelle constitution qui va donner naissance à la 3ème République », a déclaré Koua Justin. « Pour y arriver, il faut que les partenaires politiques externes et internes aident à la mise en place d’un gouvernement de transition », a ajouté l’intérimaire de Konaté Navigué, précisant que ce sont ces partenaires qui trouveront les mécanismes de fonctionnement de cette 3ème République. « C’est dans cette 3ème République que les Ivoiriens pourront se réconcilier », s’est convaincu le jeune « frontiste ».

Cette proposition de M. Koua intervient au moment où le chef de l’Etat a dissous le gouvernement suite au refus des députés du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) et de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci) de voter pour une loi sur la famille. Le conférencier d’appeler « le Pdci à joindre ses forces à celles du Fpi pour sauver la Côte d’Ivoire ».

Paraphrasant le président américain, Barack Obama, Koua Justin a dit qu’« on n’a pas besoin d’un prince fort, mais on a plutôt besoin d’Institutions fortes ». Or, « dans cette 2ème République, on n’a pas d’Institutions fortes. C’est pourquoi, il faut aller à la 3ème République », a insisté l’orateur. Sur la dissolution du gouvernement, Koua Justin s’est dit convaincu que le chef de l’Etat veut « transformer ses humeurs en lois », analysant la récente rencontre entre le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et les Dozos. « Hamed Bakayoko, en confiant la sécurité des Ivoiriens aux Dozos, veut leur dire que le régime n’a pas de solution à leur sécurité. Et qu’ils doivent se familiariser avec l’insécurité surtout que dans les villes et villages, ce sont les Dozos qui règnent.

Dans un  tel environnement, on voit bien que l’économie ne peut pas prospérer », a fait savoir le jeune leader. « Il y a des économistes qui disent même que notre économie est atteinte de lèpre. Les bailleurs de fonds ne peuvent pas venir dans une telle situation. Et comme l’économie est étranglée, (Alassane)Dramane Ouattara se rabat sur les violations des droits de l’Homme. Énervé qu’il est, il étouffe les valeurs démocratiques. Il massacre la séparation des pouvoirs. Dans un régime sérieux, ça ne se fait pas », a-t-il martelé.


SYLLA A.

Publicités

19 novembre 2012 - Posted by | Politique | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :