angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Goulag de Katiola : gravement malade Sangaré Abou Drahamane évacué sur Abidjan

L’information que nous avons reçue, en début de matinée, d’une source proche du ministère ivoirien de l’Intérieur nous a été confirmée, à l’instant, par Me Toussaint Dako-Zahoui, l’un des avocats des prisonniers politiques du régime Ouattara détenus dans le nord du pays. En effet, l’ex-ministre Abou Drahamane Sangaré, 1er vice-président du Fpi, était en route pour Bouaké, d’où il devait être évacué vers un centre hospitalier à Abidjan [il serait actuellement interné à la PISAM à Abidjan].

 Cette évacuation sanitaire d’urgence fait suite à « une crise de tension préoccupante », précise Me Dako-Zahoui, que M. Abou Drahamane a piqué sur son lieu de détention au « goulag » de Katiola. Le compagnon de lutte du Président Laurent Gbagbo souffrait déjà d’une hypertension. Mais l’infirmier à Katiola a constaté que la situation s’est dégradée et de l’hypertension, on est passé à une hypotension à un stade inquiétant. Il a demandé dans l’urgence une évacuation sanitaire sur Abidjan dans un centre hospitalier adéquat.

 A l’instar de nombreuses personnalités proches de Laurent Gbagbo, Sangaré Abou Drahamane est détenu, depuis plus d’une année, par le régime Ouattara, dans des conditions qui violent gravement les droits humains. Pour rappel, c’est au Tribunal de Katiola, le vendredi 6 juillet 2012, en présence de l’un de leurs avocats, Me Mathurin Dirabou, ainsi que du juge d’instruction du 10ème cabinet du Tribunal de 1ère instance d’Abidjan, Koné Mamadou, que la Justice des vainqueurs instaurée par Alassane Dramane Ouattara a notifié aux prisonniers politiques dont M. Sangaré, de nouvelles inculpations portant sur de prétendus crimes de sang (génocide, crimes et meurtres) et crimes économiques (vol qualifié etc.). En plus de sa nouvelle inculpation, Sangaré Abou Drahamane avait été entendu, le même 6 juillet, sur le fond relativement à sa précédente inculpation pour «atteinte à la sûreté de l’Etat».

 Le lundi 9 juillet dernier, toujours au Tribunal de Katiola, les prisonniers politiques, Sangaré Abou Drahamane et Geneviève Bro-Grébé avaient été auditionnés sur le fond, par le juge d’instruction Koné Mamadou, pour ces nouvelles inculpations indiquées plus haut.

 Didier Depry  didierdepri@yahoo.fr 

source: Notre Voie

Publicités

26 octobre 2012 - Posted by | Politique | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :