angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Côte d’Ivoire : 15 ans de prison pour un haut chef militaire pro-Gbagbo

ABIDJAN, 11 octobre (Xinhua) — L’ex-commandant de la Garde républicaine, le général Brunot Dogbo, un pilier du système sécuritaire sous Laurent Gbagbo, a été condamné jeudi à 15 ans de prison ferme par le Tribunal militaire d’Abidjan pour « complicité d’enlèvement et d’assassinat » d’un militaire à la retraite lors de la crise post-électorale de 2010 et 2011.

Après une semaine de procès, le Tribunal a reconnu le général Dogbo Blé coupable des faits de « complicité d’enlèvement et d’assassinat » du colonel-major Dosso Adama et l’a condamné à 15 ans de prison.

Le procureur militaire avait requis 20 ans de prison mais le Tribunal lui a reconnu des « circonstances atténuantes ».

Le général était poursuivi en même temps qu’un officier et quatre sous-officiers dont deux sont en fuite.

Le colonel-major Dosso Adama a été enlevé et assassiné le 12 mars 2011 à une trentaine de kilomètres à la sortie nord d’Abidjan alors qu’il revenait du Golf hôtel où était bloqué Alassane Ouattara et bon nombre de ses partisans.

L’un des prévenus, le sergent-chef Jean-Noël Lagaud a avoué avoir tué le colonel-major Dosso Adama, tout en affirmant que l’ordre lui avait été donné par le commandant Yagba Kipré, directeur de cabinet du général Brunot Dogbo Blé.

Le sergent-chef a été condamné à 15 ans de prison pour  » enlèvement, séquestration et assassinat ».

Le commandant Yagba Kipré a écopé de 15 ans pour « complicité ».

Le commandant Yagba Kipré a nié toute responsabilité dans le crime tout comme son chef, le général Dogbo Blé, qui a soutenu n’avoir donné l’ordre à personne de tuer.

Deux autres sous-officiers ont écopé de 12 ans et cinq de prison ans et un mandat d’arrêt international a été décerné contre les deux autres en fuite condamnés à 15 ans de prison.

Tous les prévenus ont bénéficié de « circonstances atténuantes ».

L’affaire du colonel-major Dosso Moussa est le premier procès pour les « crimes » qui ont été commis pendant la crise post- électorale.

Au total « 64 personnes ont été inculpées pour sept affaires en instruction ou en cours d’instruction ».

Les prévenus sont poursuivis pour plusieurs chefs d’accusation dont « détournement d’armes et de fonds », « recrutement et entraînement de miliciens », « atteinte à la sûreté de l’Etat » et  » crimes économiques ».

Le général Brunot Dogbo Blé est inculpé dans trois des sept affaires et « risque la prison à vie », selon le procureur militaire Ange Kessi.

Publicités

13 octobre 2012 - Posted by | Politique | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :