angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Angola : José Edouardo dos Santos reste président

Le président angolais, José Eduardo dos Santos, dans son bureau de vote à Luanda, le 31 août 2012.

Le président angolais, José Eduardo dos Santos, dans son bureau de vote à Luanda, le 31 août 2012.Reuters
Par RFI

Pas de surprise en Angola, José Eduardo dos Santos reste président à l’issue des élections générales du 31août. Cette victoire a été annoncée le 2 septembre par la presse officielle. Le parti présidentiel, le MPLA, arrive largement en tête avec près de 73% des suffrages. L’opposition dénonce des fraudes, les observateurs étrangers assurent que les élections ont été transparentes. Au pouvoir depuis 33 ans, José Eduardo Dos Santos, 70 ans, va donc y rester cinq ans de plus. Portrait.

Visage fermé, sourire énigmatique, José Edouardo dos Santos est un président réputé secret. Lorsqu’il succède en 1979 à Agostinho Neto, il a face à lui les cadres du parti qui pensent alors pouvoir contrôler facilement ce fils de tailleur de pierre, élevé dans un bidonville de Luanda.

Mais Zedu, comme le surnomment les Angolais, se révèle un maître dans l’art de l’épuration douce. Il se débarrasse de l’aile radicale du MPLA et se tourne peu à peu vers l’Occident. Une façon de désamorcer la guerre civile où sont engagés au fil des décennies, Cubains, Américains, Sud-Africains, Zaïrois. Le processus prendra du temps. Il lui faudra attendre 2002 pour se débarrasser définitivement de la menace de l’Unita et de son chef, Jonas Savimbi.

Entre temps, le MPLA a abandonné le marxisme. Zedu qui contrôle l’appareil d’Etat, l’armée, la police, la justice et surtout le secteur pétrolier, a des allures de prince façon Machiavel. En 2002, il débusque les ambitieux du MPLA en feignant de vouloir quitter le pouvoir. Il écarte ainsi une fournée d’imprudents prétendants. La manne pétrolière, l’Angola devient, sous sa férule, le deuxième producteur africain, lui procure de quoi calmer sa population et gagner l’oreille des Occidentaux.

A 70 ans, il rempile pour un mandat de cinq ans et la Constitution qui l’a modifiée en 2010, lui permettra de briguer un ultime mandat en 2017. En attendant, le prince énigmatique de Luanda fait mine de temps à autre de préparer sa succession.

—–

La mission d’observation de la Communauté des pays lusophones et celle de l’Union africaine ont salué dimanche des élections « libres et transparentes ». Satisfecit également de la CEEAC, la Communauté économique des Etats d’Afrique Centrale, exprimé par son chef, le Gabonais Pierre Siméon Athomo-Ndong.

Publicités

3 septembre 2012 - Posted by | Actu Monde

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :