angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Menace de Déstabilisation: Des camps d’entraînement découverts à l’Est

miliciensDes suspects, qui s’entraînaient dans des camps de fortune, ont été appréhendés récemment dans le département de Sandégué, dans la région du Gontougo. L’information nous a été livrée par le député de la localité, Ouattara Aboubacar, au cours d’une rencontre avec la presse, hier mercredi 29 août 2012 à Treichville.

 Le député a indiqué que les acolytes des suspects, qui seraient venus de l’autre rive du fleuve Comoé, ont pris la fuite après que la Gendarmerie, saisie de l’affaire, a entrepris de mettre fin aux activités de ces individus. De quoi s’agit-il ? Des personnes, se faisant passer pour des dozos, selon le parlementaire, ont érigé des camps d’entraînement militaire de fortune dans le département de Sandégué, localité située dans la nouvelle région administrative du Gontougo, à l’Est de la Côte d’Ivoire. Plus précisément à Duézoué et Gnangbesso, sans l’autorisation des chefs de village, ni celle des autorités locales. Dans ces lieux, ces personnes enrôlaient pour 6000 FCFA des jeunes, qu’ils entraînaient au maniement des armes à feu et leur administraient des potions mystiques, avec la promesse qu’ils seront invulnérables aux balles. Entre-temps, éventée, l’information est parvenue aux comités de vigilance mis sur pied par les élus locaux, dont Ouattara Aboubacar, qui ont aussitôt alerté la brigade de gendarmerie de Sandégué.

Vu que ces jours-ci, des informations font état d’attaques en préparation dans la région du Gontougo (axe Tanda – Bondoukou) par des assaillants. Les élus locaux ont donc alerté la gendarmerie qui a fait une descente dans ces camps pour en savoir davantage. A la vue des gendarmes, les supposés dozos ont pris la poudre d’escampette, et deux parmi eux ont été appréhendés et écroués à la gendarmerie pour nécessité d’enquête. En attendant, le député de Sandégué continue de sensibiliser les populations sur la nécessité de collaborer avec les forces régaliennes de l’État, si jamais elles découvrent des mouvements suspects. « Les assaillants ont annoncé que leur prochaine cible, c’est le Zanzan (actuel Gontougo). Nous avons installé des comités de vigilance dans tous les villages et campements, avec pour mission de dénoncer tous les mouvements suspects. Le rôle de ces comités, c’est de remonter les informations, avec les chefs de village, aux élus. Nous saisissons immédiatement la gendarmerie, la police ou les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) pour des interventions en vue de vérifier l’information », a révélé le député Ouattara Aboubacar.

Il a saisi cette occasion pour saluer les populations pour leur  franche collaboration avec les FRCI, la gendarmerie et la police, d’autant plus qu’à ses yeux, hormis les forces régaliennes, les dozos n’ont pas le droit d’entraîner qui que ce soit au maintien de l’ordre. « Nous sommes dans un État de droit et seules les forces publiques peuvent faire des manœuvres », a-t-il soutenu, avant de mettre les fauteurs de trouble en garde contre une quelconque tentative de déstabilisation du régime. « Nous ne remettrons pas en cause la coexistence pacifique dans le Gontougo. Notre région ne servira pas de base à un quelconque mouvement de déstabilisation », a martelé le conférencier, qui a exhorté les populations à plus de vigilance.

Y. DOUMBIA 

source: L’inter

Publicités

30 août 2012 - Posted by | Insécurité | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :