angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Attaques contre les positions des Frci/Paul Koffi Koffi : « Les exilés qui sont au Ghana, financent l’opération »

Suite à la violente attaque menée par des individus armés à Dabou contre les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 août 2012, le ministre auprès du Président de la République, chargé de la défense, Paul Koffi Koffi a réagi. Le vendredi 17 août 2012, sur les, ondes de la radio Onucifm, il a raconté ce qui s’est passé à Dabou. Il a par ailleurs fait des révélations sur les attaques récurrentes contre les Frci.

Que s’est-il réellement passé ce jeudi 16 août (2012) à Dabou, et comment cela s’est-il passé ?

Autour de 23h, nous avons été informé, d’une attaque du camp Frci de Dabou. Ce qui s’est passé, c’est que sur le pont qui permet d’accéder à Dabou, les assaillants ont mis en travers du pont, un camion qui empêchait le passage de nos Hommes. Donc toute la nuit, nous avons tenté avec les renforts, de dégager ce camion. Ce que nous avons réussi à faire au petit matin. Et immédiatement, nous avons mis les assaillants hors de la ville de Dabou. Au cours de l’attaque, il y a eu deux morts du côté des assaillants. On n’a pas eu de décès dans nos rangs. Voilà un peu les événements qui se sont passés. La ville de Dabou est sous contrôle et les populations retrouvent leurs activités.

 

Vous avez dit deux morts du côté des assaillants. Y a-t-il des victimes civiles en termes de mort ?

On nous parle de victimes civiles mais nous sommes en train de vérifier (…).

 

Vous dites que c’est le camp Frci qui a été attaqué. Est-ce la seule cible ?

La prison civile a été attaquée où ils (assaillants) ont fait sortir les prisonniers. Mais certains ont été repris. Sur la centaine, presque 50 à 60 ont été repris. Il faut également noter que d’autres se sont rendus après l’ouverture de la prison parce qu’ils ne comprenaient pas ce qui leur arrivait. Ils ont donc préféré se rendre.

 

A-t-on une idée de l’origine, de l’identité des assaillants ?

C’est la même approche que les autres attaques. C’est-à-dire, harcèlement puis repli. Ils ne viennent pas en grand nombre mais juste pour harceler nos camps. Ce qui se traduit par ce que nous faisons. A savoir que nous arrivons à les repousser et à les mettre hors d’état de nuire. C’est donc une stratégie d’harcèlement. C’est pourquoi nous allons réadapter notre stratégie face à cette approche.

 

Qui sont-ils exactement ces assaillants ?

Vous avez des assaillants qui viennent de deux origines. Nous avons malheureusement des miliciens qui sont des Ivoiriens. Certains ont participé aux combats issus de la crise postélectorale, et qui sont restés comme des cellules dormantes qui se réveillent aujourd’hui. Ils sont allés prendre des armes qu’ils avaient cachées. Vous avez aussi d’autres qui sont des mercenaires qui viennent de l’autre côté du Libéria pour certains. Malheureusement, ce qui se passe, c’est que tout ce monde (Les miliciens, Ndlr) reçoit souvent des fusils pour mener l’attaque contre la mère Patrie. Par exemple à Toulépleu, on nous signale que les uns et les autres avaient reçu 175.000fcfa pour lancer l’opération. Le plus souvent, ce sont des jeunes dont certains étaient refugiés. Ils sont rentrés chez eux. Et voilà les activités auxquelles ils s’adonnent.

Donc, nous attirons l’attention des parents, des populations mais aussi de l’opposition pour que si elle accepte de venir au dialogue, à la réconciliation, qu’elle sache qu’il est inutile de mener des actions subversives. Parce qu’à ce moment là, nous sommes en situation de légitime de défense. Et dans ces conditions, on va traiter le dossier autrement. Ou bien on vient au dialogue autour de la table, on négocie, ou bien, ils (les opposants) veulent poursuivre le conflit. Nous ne sommes plus dans cette logique. La guerre est terminée depuis longtemps. Donc la population de Dabou peut être sereine. Evidemment, ces jeunes miliciens, dans leur fuite, sont partis du côté de la lagune. Nous sommes en train de faire des ratissages dans la zone pour les dénicher (…). Et c’est l’occasion d’attirer l’attention des populations de nous donner des informations parce que très souvent, il y a complicité de certaines localités. Puisque ces jeunes sont formés dans les villages. Ils accèdent à des armes et les parents ne disent rien. Alors, cela veut dire que certains sont complices. Egalement, nous insistons auprès de nos hommes pour qu’ils ne viennent pas, par complicité, à aider ou à soutenir ces actions. Parce que dans ces conditions, tous ceux qui seront pris, risquent d’être radiés et de passer devant les Tribunaux.

 

En ce qui concerne Dabou, avez-vous réussi à arrêter certains assaillants ?

Je préfère ne rien dire pour l’instant sur cet aspect. Nous avons fait des interpellations. Nous posons des questions.

 

Parlant de Toulépleu, vous avez dit que certains (assaillants) ont reçu des subsides. De qui ? En avez-vous une idée ?

Ah oui. Puisque les informations que nous avons, indiquent qu’ils viennent des exilés qui sont au Ghana. Les exilés qui sont au Ghana, financent l’opération.

 

Autrement dit, indexez-vous directement ou indirectement l’opposition ?

On n’indexe pas. C’est malheureusement la réalité puisque nous les interrogeons (personnes interpellées, Ndlr) et nous avons aussi nos filières qui nous permettent de remonter les informations.

 

Est-il vrai que certains ont aussi attaqué Jacqueville et Grand-Lahou ?

Non non. Ce qui s’est passé, c’est que dans leur repli, puisque nous étions à leur poursuite, ils se sont dirigés, pour certains, vers Grand-Lahou en empruntant des chemins qu’ils connaissent. Il y a des jeunes qui viennent de la région. Donc, ils sortent sur des localités, et ils font des tirs de sommation. Quelquefois pour couvrir leur repli.

 

Propos retranscrits par

BAMBA Idrissa 

Source: Soir info

 

Publicités

18 août 2012 - Posted by | Politique | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :