angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Tournée politique de mobilisation depuis Adiopoto

 
La mobilisation était totale, le samedi 28 juillet dernier, à Adiopoto II où le secrétaire général du Front populaire ivoirien (Fpi) a tenu son premier meeting d’une série qui va le conduire à travers toute la Côte d’Ivoire. Hommes, femmes, jeunes et vieux du village de la commune de Songon n’ont pas voulu se faire raconter la visite des émissaires de la direction du Fpi. Accompagné de Mme Marie Odette Lorougnon (OFfpi), Justin Koua (JFpi), Dr. Alphonse Douati, Jean-Gervais Tchéidé, N’Guettia Kouma, Dr. Kodjo Richard, Traoré Okali, Diomandé Wassé et Kambou Difilé, le secrétaire général du Fpi, avant de donner l’objet de sa visite, a fait observer une minute de silence en la mémoire du Président ghanéen, John Atta Mills, décédé, il y a quelques jours. Mais également en celle de l’ex-ministre de la Culture, Koné Dramane, éminent cadre du Fpi, qui a été récemment arraché à l’affection de tous. La minute de silence a aussi été observée pour toutes les victimes de Duékoué, tombées les 19 et 20 juillet 2012. Laurent Akoun a circonscrit son intervention autour de plusieurs axes dont le premier concerne les informations sur Laurent Gbagbo, les militants, sympathisants du Fpi ainsi que les autres Ivoiriens injustement incarcérés dans les prisons à travers le pays. Il n’a pas omis les milliers d’Ivoiriens contraints à l’exil. Le deuxième axe porte sur la politique avec le gouvernement ivoirien et le dernier, la situation dans le monde et en Afrique. Il s’est aussi penché sur l’élection de Mme Dlimani Zuma à la tête de la commission de l’Union africaine (UA). Tout en saluant la mobilisation exceptionnelle des militants du Fpi d’Adiapoto II, M. Akoun a annoncé que le Président Gbagbo essaie de tenir physiquement à La Haye. Contrairement à Korhogo où les hommes d’Alassane Ouattara cherchaient à le tuer à petit feu. « Comme est un garçon, il a tenu. Mais physiquement, il a eu mal. Parce qu’un homme qui reste enfermé dans une chambre, qui ne peut pas marcher, qui ne peut pas faire un peu de sport, qui ne peut pas voir le soleil, quelle que soit sa force, cet homme-là devient faible. Alors que M. Ouattara racontait partout qu’il était dans une résidence, Laurent Gbagbo était enfermé dans un réduit. Il a tenu, il n’est pas mort. Et c’est pourquoi vous et moi l’avons vu à la Cour pénale internationale, il nous a dit, nous irons jusqu’au bout », a soutenu le porte-parole du Fpi. Avant d’indiquer que c’est justement pour aller jusqu’au bout qu’il a entamé cette tournée politique. « Le 13 août prochain, il y aura l’audience de confirmation des charges. C’est ce jour-là qu’on va lui dire pourquoi on l’a déporté. Et on saura la vérité. Il va dire la vérité. Le camarade Miaka Ouretto, président du Fpi par intérim, ira à La Haye avec deux autres délégués du parti. A leur retour, nous viendrons vous apporter la nouvelle », a-t-il ajouté. Il a aussi donné des nouvelles de tous les prisonniers politiques. « Simone Gbagbo, Affi N’Guessan, Abou Drahamane Sangaré, Aké N’Gbo, Michel Gbagbo et les autres vont bien mais vous demandent de tenir ». M. Akoun a saisi l’occasion pour dénoncer la parodie de Justice qui a cours pour accabler les pro-Gbagbo. Au bas mot, a-t-il affirmé, il y a quelque 200 personnes détenues injustement par le pouvoir Ouattara. Et c’est là le deuxième axe de l’intervention du secrétaire général du Fpi. Qui a demandé aux populations d’être plus proches de leurs camarades de lutte détenus à travers le pays en actionnant une chaîne de solidarité à leur endroit. Soit en leur rendant visite, soit en aidant leurs parents à survivre. Parlant du dialogue politique, le secrétaire général du Fpi a invité le gouvernement Ouattara à une discussion réelle pour que la Côte d’Ivoire retrouve une paix durable. « Depuis mai 2011, nous avons écrit au président Ouattara pour discuter pour que le pays avance. Nous lui avons déposé 4 dossiers importants dont la sécurité du pays, de la Côte d’Ivoire, elle-même, la réconciliation et les élections. Nous attendons». Concernant la situation dans le monde, Laurent Akoun a affirmé que l’élection de François Hollande à la tête de l’Etat français a été accueillie au Fpi avec beaucoup de joie. Mais il ajouté qu’il demeure avant tout le Président de la France. Toutefois, Akoun se dit convaincu d’une chose. Hollande ne sera pas comme Sarkozy et c’est qui justifie le sentiment de satisfaction qui anime les militants du Fpi. « Hollande peut aider mais nous devons compter sur nous-mêmes », a-t-il dit. Avant de saluer le changement à la tête de la Commission de l’Union africaine (UA). Abordant les derniers évènements à l’Ouest du pays, le porte-parole du Fpi a expliqué que le massacre des déplacés wê de Duékoué constitue une suite logique de la guerre du cacao contre la Côte d’Ivoire menée par les puissances financières. « C’est la guerre du cacao qui continue. Et c’est pourquoi il faut demander à nos frères et sœurs du Pdci de rejoindre notre lutte pour la défense de notre pays », a lancé Laurent Akoun. Le Secrétaire général du Fpi et sa délégation ont été accueillis, à 14 h, par Moïse Bongo, le secrétaire de section Fpi de Songon, président du comité d’organisation, entouré du secrétaire fédéral Abidjan-Lagune, Lazar Zaba Zadi, et du chef de village par intérim d’Adiapoto 2, Amos Yeboua.

Robert Krassault ciurbaine@yahoo.fr

Publicités

1 août 2012 - Posted by | Politique | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :