angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Après le massacre de Duékoué : Le pouvoir panique, menace et s’enfonce

Source :  Le Temps

Plongé dans ses contradictions après le massacre de Duékoué, le gouvernement ne fait que s’enfoncer dans des déclarations qui dévoilent en fait, son vrai visage. En mars 2011, Losseni Fofana et ses hommes ont fait plus de 800 morts en une journée dans la ville de Duékoué. Plus d’un an après ce drame, ce sont encore les Dozos que ces mêmes chefs de guerre ont déversé dans la région de l’ouest qui ont fait plus de 200 morts à Duékoué dans la journée du vendredi 20 juillet 2012. Une boucherie que condamnerait en principe, tout gouvernement qui se veut responsable. Car le summum de l’animalisation de la Côte d’ivoire atteint les limites du tolérable. Un an après la crise postélectorale, rien ne peut encore justifier de tels crimes. Mais le pouvoir rongé par une grande haine de tout ce qui sent Gbagbo, entretient à dessein, l’Etat de belligérance, pour maintenir les ivoiriens dans un climat de terreur. Après le massacre du vendredi dernier, c’est le capitaine Allah Rémi, porte-parole du ministère de la Défense qui est le premier, monté au créneau pour cautionner ouvertement ce génocide du peuple Wê. Voici sa déclaration qui appelle des questions. «Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2012, aux environs de 4 heures, quatre individus armés de kalachnikovs ont fait irruption au quartier Kokoman de Duékoué où ils ont abattu quatre personnes, une cinquième grièvement atteinte a succombé à ses blessures. Poursuivis par les habitants du quartier, les criminels se sont réfugiés au camp des déplacés… ». Ainsi parle le porte-parole de l’armée de Ouattara. Allah Rémi est passé sur les écrans de la Rtitci, 24h après, pour reprendre la version que les Dozos, les auteurs de ce massacre ont servi sur place à Duékoué. Mais on se demande bien quelle est cette population brave qui à 4h du matin, poursuit des bandits qui avec des armes de guerre, viennent pourtant de tuer 4 personnes ? Alors que durant cette crise, tout le monde a vu qu’au moindre coup de fusil, chacun se barricade chez lui. Pour le moment, il n’y a que le capitaine Allah Rémi qui a lui seul, cette version des faits. Car même les Dozos avec qui ce massacre a été planifié, ne l’ont pas encore dit. Mais bien plus grave, ce camp de déplacés est soumis à des règles drastiques, comme tous les autres camps de réfugiés qui sont gérés par l’Onu dans le monde. D’abord personne n’y rentre et n’y sort à partir de 21h, à part les cas graves de maladies. En plus, toutes les tentes sont numérotées. Et chaque numéro correspond à une famille. Le camp entouré d’une clôture de 3m de haut dispose aussi d’une seule entrée qui est minutieusement fouillée. «Nous fouillons tout ce qui rentre dans ce camp. Nous prenons le nom du visiteur, nous mentionnons dans notre registre le nom de celui qu’il va voir», explique l’un des vigiles qui avec la force onusienne, garde ce site. Ce qui montre clairement que ce camp ne saurait abriter des miliciens en armes. L’Onuci qui a combattu Gbagbo avec tous les moyens, ne saurait s’inscrire dans une logique complètement absurde, en hébergeant des miliciens «qui préparent pourtant une guerre contre le pouvoir Ouattara». Visiblement très mal à l’aise, l’envoyé du pouvoir qui récitait la mauvaise leçon, ne s’est pas empêché de minimiser cette tragédie en ne parlant que 11 morts, là où on annonce plus de 200 morts. Allah Rémi remplit en plus la coupe en ajoutant que des armes de guerre ont été découvertes sur le site. «Par ailleurs, dit-il, au cours de ses recherches sur le site détruit des déplacés, la gendarmerie a découvert deux armes de guerre de type AK 47, un pistolet artisanal, et des munitions de toutes sortes, dont des grenades offensives et défensives ». La Côte d’ivoire attend que le capitaine Allah présente ces armes qui ont été retrouvées sur ce site. La question qu’on se pose est de savoir pourquoi le gouvernement qui prétend que ce site abritait des miliciens armés, n’a pas envoyé la gendarmerie ou la police pour perquisitionner toutes les tentes ? Puisque c’est de cette manière que ces questions sont réglées dans un Etat responsable et qui se fait respecter. Le pouvoir atteint d’une phobie de tout ce qui touche au droit, a préféré envoyé des Dozos et des badauds drogués pour bruler et tuer sur ce site. Depuis, les quelques rescapés qui ont eu la chance d’échapper à la colère des Dozos et des Frci, vivent dans le dénouement et dans un état de déshumanisation totale. Et dans l’indifférence du pouvoir qui ne fait que des promesses à des gens qui sont pourtant dans l’urgence. Le communiqué du gouvernement publié le lundi 24 juillet 2012 le montre clairement. «Le gouvernement enverra dans les prochains jours, plusieurs délégations ministérielles dans l’Ouest du pays, avec la mission, (…) d’apporter aux populations meurtries, sa compassion et son soutien». Rien n’est précis sur la date. Alors que sur le terrain, le nombre de morts ne fait qu’augmenter. Un gouvernement soucieux du bien être de ses populations aurait déjà le même jour, envoyé plusieurs délégations sur le terrain pour s’enquérir de l’ampleur de la tragédie. On se rappelle que durant son mandat, des populations ont été empoisonnées avec de la bouillie dans un village de Yamoussoukro. Le Président Gbagbo s’y est immédiatement rendu pour apporter sa compassion et son soutien à ces victimes. Alors qu’il est su de tous que la région de Yamoussoukro lui est traditionnellement opposée. Mais le Président Gbagbo est un chef. Et Ouattara ne sera jamais Gbagbo. Acculé dans cette barbarie qui ne se justifie pas, le gouvernement donne dans des menaces qui l’enfoncent d’ailleurs davantage. Lisez plutôt le communiqué de Ahoussou jeannot. «Le gouvernement met en garde tous ceux qui, profitant de l’émoi des populations face à de tels actes de barbarie, font une exploitation inappropriée des évènements survenus… ». Ouattara voudrait-il que la Côte d’ivoire l’applaudisse après ce qui s’est passé à Duékoué ? On ose croire à une maladresse de Ahoussou jeannot. Mais c’est aussi la preuve que ce qui s’est passé à Duékoué est un coup monté et planifié depuis Abidjan.

Guehi Brence

Publicités

27 juillet 2012 - Posted by | Politique, Société | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :