angeeverse

Le blog de l'actualité Ivoirienne et internationale

Avant l’inhumation Le cercueil d’IB bloqué hier à Treichville: Atmosphère surchauffée à IVOSEP Le gouvernement décaisse 5 millions fcfa

Les tombes de Ibrahim Coulibaly alias IB et de son petit frère, Coulibaly Soualio.

 par L’INTER –

Ibrahim Coulibaly alias IB a définitivement rangé les armes. Et avec lui, son petit frère, Coulibaly Soualio. Les deux soldats ont été inhumés hier vendredi 15 juin 2012 dans la matinée au cimetière de Williamsville.

Mais à IVOSEP où a eu lieu la levée des corps, que d’émotions ! Le grand frère des défunts, les sœurs, les parents et les amis sont venus dire adieu à celui qui a rythmé la vie militaro-politique en Côte d’Ivoire pendant la décennie écoulée. Ils n’étaient certes pas nombreux, mais pour les parents du défunt, ils ont voulu cette cérémonie sobre. Dans la salle B de IVOSEP, juste après la lecture coranique et pendant que les imams attendaient le cercueil dehors pour la prière mortuaire, un fait pour le moins insolite vient perturber le programme. Deux vieillards bloquent le cercueil d’IB. Dehors, on s’impatiente. A l’intérieur, on apprendra que les deux vieillards sont des Senoufo. Entre ce groupe ethnique et celui d’IB, les Koyaka, il y a une alliance inter-ethnique. Et c’est au nom de cette tradition que les deux vieillards ont bloqué le cercueil du défunt. Pour le libérer, ils exigent la somme d’un million FCFA. Choqués par l’attitude de ces vieux, des proches d’IB réagissent. Ils font fi de l’alliance inter-ethnique et bousculent les vieux qui ont bloqué le cercueil. Ces proches d’IB estiment que leur frère a été tué par les Senoufo. Le disant, ils se réfèrent au président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, qui est issu de cette ethnie du nord de la Côte d’Ivoire, et qui entretenait des relations exécrables avec IB depuis le début de la rébellion armée de 2002. « Vous le tuez et maintenant vous voulez bloquer le corps », lâche, en colère un « frère » du défunt. Cette réaction n’a pas été appréciée par d’autres parents d’IB. Ceux-ci ont invité les coléreux à ne pas transposer un problème politique sur le terrain culturel. La tension baisse. Mais le corps est toujours bloqué par les vieillards, qui ne veulent plus rien entendre. Ils exigent, cette fois-ci, 500 mille FCFA. Car pour eux, à la levée du corps de Kassoum Coulibaly, ex-propriétaire de plusieurs compagnies de transport (qui était Senoufo), les Koyaka ont reçu plus d’un million FCFA après avoir bloqué le corps. Ces vieux exigent donc beaucoup d’argent avant de libérer la dépouille mortelle d’IB. Les négociations reprennent et les vieux réclament finalement 50 mille FCFA. Les parents, eux, proposent 25 mille FCFA. Finalement, les vieillards acceptent la somme, avec la promesse de bloquer le corbillard. Les corps d’IB et son frère sont portés à l’extérieur pour la prière mortuaire. Et pendant que les imams donnaient les bénédictions finales, d’autres parents d’IB continuaient de demander pardon aux vieux. Ceux-ci acceptent de laisser partir les corps au cimetière, mais assurent qu’une fois là-bas, l’inhumation n’aura lieu que si les parents mettent encore la main à la poche. A 10h, les corbillards transportant les corps des défunts quittent IVOSEP, sous les pleurs des parents et amis. Parmi eux, certains ont dénoncé l’absence d’un représentant du gouvernement à la levée des corps. Pour eux, même si les autorités ivoiriennes refusent de rendre hommage à IB, elles auraient pu le faire pour son petit frère qui, lui, est un élément de la Garde républicaine. Mais selon une source bien introduite au sein de la famille d’IB, le gouvernement a fait un don de cinq (5) millions FCFA pour l’organisation des obsèques. Ibrahim Coulibaly, qui s’était attribué le grade de Général de Division, a été tué le mercredi 27 avril 2011 par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Selon le ministère de la Défense, il est mort suite aux échanges de tirs entre ses éléments et les FRCI. Plus d’un an après sa mort, il a été porté en terre, avec son frère cadet. Mais les résultats des enquêtes exigées par le chef de l’État sur les circonstances de sa mort sont toujours attendus.

YACOUBA DOUMBIA

Publicités

16 juin 2012 - Posted by | Politique, Société | ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :